Doigt à ressaut

Cette pathologie de la main est l’une des plus fréquente et des plus méconnue. Elle traduit un conflit entre le tendon fléchisseur commun profond et une poulie digitale (poulie A1).

Ce conflit entraine un blocage douloureux en flexion du doigt. Il peut toucher tous les doigts. Le blocage est du à l’augmentation de volume du tendon provoquant un ressaut lors du passage dans la poulie. Ce blocage douloureux peut être permanent et nécessiter l’aide de l’autre main pour le débloquer

On en décrit trois stades de gravité croissante :

–       Stade 1 : Douleur isolée à la base du doigt sans blocage ressenti.

–       Stade 2 : Blocage douloureux intermittent surtout matinal

–       Stade 3 : Blocage permanent nécessitant l’autre main pour « remettre le doigt en place »

Lors de la consultation, le diagnostic est souvent aisé, le patient décrivant parfaitement la pathologie. La flexion du doigt entraine le blocage et confirme le diagnostic. Il est indispensable de rechercher un syndrome du canal carpien associé, « petit frère du doigt à ressaut ».

Aucun examen complémentaire n’est nécessaire.

Le traitement est avant tout médical et consiste en une infiltration de corticoïde dans la gaine tendineuse.

En cas d’échec le traitement devient chirurgical.

La chirurgie du doigt à ressaut

L’intervention se déroule en chirurgie ambulatoire sous anesthèsie loco-régionale.

L’incision est réalisée à la base du doigt transversale ou en V.

Elle consiste en une incision à la base du doigt et une section longitudinale de la poulie.

La mobilisation du doigt opéré doit débuter dès la sortie de la salle opératoire ou levée de l’anesthèsie. Le pansement sera renouvelé tous les deux pendant 15 jours et jusqu’à l’ablation des fils.

Le pansement sera léger pour autoriser la mobilisation digitale permanente et immédiate.

Le premier rendez-vous post opératoire aura lieu à partir de la fin de la première semaine post opératoire. En cas de déficit de mobilité, une rééducation chez un kinésithérapeute sera débutée, car tout retard de mobilisation digitale risque de ne pas être rattrapé.

L’évolution se fait vers la récupération en 1 à 3 mois environ.

La cicatrice peut rester gonflée et indurée pendant 3 mois. L’application de patch conformateur en silicone peut être nécessaire pour diminuer cette induration et accélérer la diminution de volume sous la cicatrice

Cette pathologie bénigne aux suites simples peut devenir longue et douloureuse en cas d’insuffisance de mobilisation. Une attention toute particulière sera donc prise quant à la récupération de l’extension et de l’enroulement du doigt concerné par la chirurgie lors des consultations de contrôle post opératoire.