Fractures du scaphoïde

Il s’agit d’une fracture très fréquente, le scaphoïde étant un des os du poignet, situé dans le prolongement de la colonne du pouce.
La fracture de cet os est très particulière car son diagnostic est parfois difficile. Cette fracture n’est en effet pas toujours visible sur la première radiographie; sa consolidation est aléatoire du fait d’une faible vascularisation, et les conséquences d’une non consolidation sont majeures, l’évolution se faisant alors vers une destruction progressive de l’ensemble du poignet.
Une prise en charge précoce et adaptée est donc essentielle dans le traitement de cette fracture.

Diagnostic :

Cette fracture survient en général après une chute sur la main. Une douleursur le bord externe du poignet est habituelle, mais peut également être diffuse et rapidement disparaître.
Le diagnostic est essentiellement radiologique.
Dans le cas d‘une fracture non déplacée, celle-ci peut être difficilement visible sur les premières radiographies. Dans ce cas, de nouvelles radios doivent être réalisées 10 à 15 jours après, une IRM ou un scanner pouvant être demandé en complément afin d’obtenir le diagnostic de certitude.

Traitement:

Le traitement proposé dépendra du type de fracture, de son ancienneté, et du profil du patient.
Un point essentiel est l’arrêt total de la consommation de tabac, facteur très péjoratif pour une bonne consolidation osseuse.

1 – Traitement non chirurgical par immobilisation.
Celui-ci peut être proposé dans les fractures non déplacées. Les techniques traditionnelles consistent à réaliser une immobilisation circulaire en plâtre ou résine, pouvant ou non prendre le coude.

L’immobilisation est de 3 mois pour espérer la consolidation
Le risque principal est la non consolidation de cette fracture, qui n’est malheureusement pas rare. L’autre alternative est de réaliser un vissage d’emblée de la fracture, de manière à autoriser une mobilisation précoce du poignet avec immobilisation moins longue, et à limiter les risques de non consolidation.

2 – Traitement chirurgical.

Se déroule en chirurgie ambulatoire sous anesthésie loco-régionale(seul le bras est endormi)
L’immobilisation dans les suites post opératoire est de 4 à 6 semaines.

Pour les fractures du scaphoïde non déplacée
L’option chirurgicale est proposée en cas de fracture non déplacée chez les patients actifs ou sportifs, souhaitant écourter au maximum la durée d’immobilisation.
Un vissage percutané est alors effectué.
Par une petite incision en regard du scaphoide, et sous le contrôle d’appareils radiologiques, une vis compressive est mise en place à l’intérieur de l’os, permettant de stabiliser et de comprimer la fracture.
Une immobilisation par attelle de quelques semaines est ensuite nécessaire, l’attelle pouvant être enlevée dans la journée, en dehors des mouvements répétitifs ou de force.
L’autre avantage est de limiter le risque de mauvaise consolidation osseuse.

Pour les fractures du scaphoïde déplacée
Une intervention est dans ce cas systématiquement proposée. Par une incision en regard de la face palmaire de la main, elle consiste à réaliser un bon ré alignement des fragments osseux et les fixer par la même technique de vissage.
L’immobilisation est alors en général de 6 semaines par attelle thermoformée sur mesure

Suites opératoires:

Immobilisation pour une durée de 4 à 6 semaines,
La main peut être utilisée pour les gestes de la vie quotidienne
La rééducation n’est en général pas nécessaire.

Complications:
Elles sont rares mais toujours possibles.
– La complication principale est la non consolidation, avec ou sans traitement chirurgical.
D’autres techniques chirurgicales spécifiques sont alors proposées : cf chapitre «Pseudarthrose du scaphoide ».
– La vis peut dans de rares cas être mal tolérée
– L’infection locale est rare.
– une main gonflée, douloureuse, avec raideur peu survenir en cas d’algoneurodystrophie avec une évolution évoluant sur plusieurs mois. Son apparition est imprévisible, des séquelles à type d’enraidissement et de douleurs sont alors possibles.
-Chez certains sujets, la mobilité peut être difficile à récupérer et des douleurs peuvent persister.